Les Entretiens Professionnels J-4

Ce dispositif de la réforme de la formation doit être finalisé d’ici le 6 mars 2016 et vous ne les avez pas organisés !

« Pourquoi parle-t-on d’échéance cruciale pour le 6 mars 2016 ? »

L’entretien professionnel est un dispositif qui en cache un autre ; d’une part il y a l’obligation de réaliser les entretiens professionnels de tous les salariés qui auront au moins deux ans d’ancienneté le 6 mars 2016, d’autre part, cet entretien s’inscrit dans un bilan de parcours à 6 ans :

A partir du 6 mars 2020 l’employeur devra être en mesure de prouver que chacun de ses salariés aura bien eu ses trois entretiens, mais aussi au moins deux critères sur les trois tels que :

– Une formation
– Une démarche de certification
– Une progression salariale ou professionnelle

Si l’employeur ne peut pas prouver qu’un salarié a bien eu ses trois entretiens en six ans + deux des trois critères annexes, il devra abonder le CPF du salarié en versant entre 3000 et 3900 € à l’OPCA.

« Sur quoi doit porter l’entretien professionnel au minimum ? Il y a de nombreux modèles en circulation, plus compliqués les uns que les autres »

Au cours de l’entretien professionnel, on aborde les sujets suivants :

– Les souhaits et besoins de formation du salarié, financés par le CPF (initiative du salarié) ou le plan de formation (initiative de l’employeur, voire la période de professionnalisation (initiative conjointe)
– Les souhaits ou propositions de mobilité du salarié
– Mobilité géographique
– Mobilité fonctionnelle
– Les souhaits de congés de formation du salarié (CIF, VAE ou Bilan de Compétences)
– L’employeur doit informer le salarié de l’existence du Conseil en Evolution Professionnelle et le cas échéant, lui indiquer s’il souhaite l’accompagner dans son éventuel projet à terme.

 

« Quels sont les conseils pratiques à donner à nos clients pour qu’ils soient à même d’être en phase avec la loi ? (risques juridiques et contentieux) »

Il y a une panoplie de mesures complémentaires ou alternatives pour faire face à certaines situations :

– Envoyer une lettre RAR à tous les salariés pour leur demander s’ils souhaitent suivre leur entretien professionnel, et si oui, s’ils veulent le suivre avant le 6 mars ou au cours de l’année 2016
– Accoler l’entretien professionnel à l’entretien annuel d’évaluation et faire passer tous les entretiens PRO au cours de votre campagne annuelle de décembre à février.
– Possibilité de laisser chaque salarié remplir le formulaire en lui donnant un mode d’emploi et organiser des ateliers ou des entretiens pour ceux qui n’auraient pas su remplir le formulaire
– Pour les personnes à distance possibilité de réaliser les entretiens par Skype, hangout ou web, voire téléphone.
– Dédier une équipe RRH pour aider les managers sur un plan quantitatif à boucler tous les entretiens

 

Et n’oubliez pas  2 conseils très très pratiques

– Nous vous conseillons, d’ores et déjà de penser à insérer une formule dans le contrat de travail de tout nouvel embauché (il suffit de reprendre l’article L.6315-1 in extenso accéder ici à l’article ) pour que le salarié sache dans quelles conditions il a droit à un entretien professionnel.
– Dans votre formulaire d’entretien professionnel pensez à indiquer clairement : « Le salarié est informé de son droit à suivre un Conseil en Evolution Professionnel gratuit en dehors de son temps de travail pour élaborer, s’il le souhaite un projet professionnel. Ce conseil est prodigué par les opérateurs suivants : Pôle Emploi, Cap Emploi, Fongécif, Missions locales et APEC »

Les commentaires sont fermés.